Francais 日本語
Musée Napoléon Ier au château de Fontainebleauマダムの連載の一部(10館)は書籍でもお楽しみいただけます。 back Number
informations 3 2 1

Chers amis,

Le château de Fontainebleau abrite le musée Napoléon Ier qui vient de rouvrir après avoir fait l’objet d’une nouvelle présentation très réussie et d’une restructuration complète des collections à la suite de récentes et importantes dations et donations.

En effet bien que Napoléon (1769-1821) n’ait fait que quelques brefs séjours au château, il imprime sa marque dans la demeure des rois de France et en fait un des fleurons de l’Empire. L’histoire de celui-ci est donc indissociable de celle de l’Empire. Ne serait-ce que par les célèbres "Adieux" très émouvants à sa vieille garde au pied du fameux escalier en Fer-à-Cheval dans la cour d’honneur !

Créé en 1986 grâce à la dation et aux dons de la famille impériale (1979-1988), ce musée se situe au premier étage dans les anciens appartements de l’aile Louis XV du château dont la décoration date de l’Empire. A travers son exceptionnelle collection de portraits, de meubles et d’œuvres d’art qui ont appartenu à Napoléon et à son entourage, il montre le faste de l’Empire et retrace avec clarté le fonctionnement du ≪ système ≫ napoléonien tout en évoquant la fulgurante carrière et la personnalité du célèbre Empereur.

Pour le découvrir, nous avons eu la chance d’avoir pour guide, M. Beyeler, conservateur en chef du patrimoine au château de Fontainebleau, à l’origine de ce nouvel aménagement et des nouvelles acquisitions.

Proclamé ≪ empereur des Français ≫ par senatus-consulte le 18 mai 1804 puis sacré empereur en la cathédrale Notre Dame de Paris le 2 décembre 1804 par le pape Pie VII, Napoléon règnera du 18 mai 1804 au 6 avril 1814 et du 20 mars 1815 au 22 juin 1815, période appelée les Cent-Jours pendant laquelle il essaie de reprendre le pouvoir. Génie militaire et maître de l’Europe en 1810 par ses conquêtes (Italie dont il est roi, Autriche, Prusse, Pologne..), il place les différents membres de sa famille sur les trônes de plusieurs royaumes. Comprenant 134 départements en 1812, le territoire français n’a jamais été aussi grand. Mais sa politique rencontre de fortes oppositions : les coalitions européennes se liguent contre lui et remportent de nombreuses victoires. En 1814, Paris est pris. Après avoir abdiqué, Napoléon est exilé à l’île d’Elbe, au large de la Toscane. Il s’en échappe dans l’espoir de restaurer l’Empire mais est vaincu à nouveau lors de la bataille de Waterloo, le 18 juin 1815. Il mourra en exil à Sainte Hélène, île britannique dans le sud de l’océan atlantique. Sa dépouille sera ramenée en 1840 pour être conservée à Paris aux Invalides.

Désireux de faire du château de Fontainebleau une résidence impériale, l’Empereur réalise de nombreux travaux d’aménagements et le remeuble car à la Révolution, le château avait souffert. Les bâtiments Renaissance qui fermaient la cour d’honneur sont détruits et remplacés par l’actuelle grille d’honneur, 1809-1810. Sur les deux piliers, admirez l’aigle impériale et sur les pilastres, le monogramme ≪ N ≫.

Le souverain fait appel à l’architecte Pierre-François-Léonard Fontaine (1762-1853) qui doit exécuter les travaux rapidement car tout doit être prêt pour l’arrivée du pape qui s’y arrête trois jours en route pour Paris à l’occasion du sacre. En 1807, l’Empereur avec sa cour s’y installe deux mois pendant lesquels il travaille et signe de nombreux traités avec, entre autres, l’Autriche et le royaume d’Italie. En 1808, à la fin d’un séjour pendant la période de la chasse, Napoléon annonce à l’impératrice Joséphine qu’il divorce car elle ne lui avait pas donné d’héritier. En 1810, sa nouvelle épouse, l’impératrice Marie-Louise (1791-1847), archiduchesse d’Autriche et petite-fille de Marie-Antoinette qui lui donnera un fils, le futur roi de Rome (1811-1832), y réside pendant deux mois. En 1812 à la suite d’un désaccord, il fait arrêter le pape et l’emprisonne au château jusqu’en janvier 1814. La même année, Napoléon se réfugie à Fontainebleau d’où il abdiquera. A son retour de l’île d’Elbe, il ne s’y arrête que quelques heures.

Seconde résidence de campagne de l’Empereur, Fontainebleau occupe une place privilégiée dans la représentation du pouvoir. Quand on arrive dans la grande galerie du premier étage, on est impressionné par tous ces imposants portraits des membres de la famille impériale, la plupart dotés de trônes en Europe. Chaque personnage a son buste en vis-à-vis. La galerie commence avec un portrait par François Gérard (1770-1837) de Madame Mère de l’Empereur et Roi, après 1805, (1749-1836), matrice de la dynastie dont le titre est donné par Napoléon lui-même. Elle est assise majestueusement avec sur son diadème le profil de son fils. Suivent les portraits de ses frères par Gérard : tout d’abord le Portrait de Joseph en roi d’Espagne (1809-1810) et de Louis-Napoléon en habit de prince de l’Empire, 1806, magnifique dans sa grande tenue blanche richement brodée de prince français, la main posée sur une épée de connétable : un véritable chef d’œuvre !

Page suivante
haut de page